Réunion à la Bibliothèque royale, le 17 février 2018

Vergadering in de Koninklijke Bibliotheek, op 17 februari 2018

Le président ouvre la séance à 14h30.

Christophe Flament, Le trésor de l’Acropole (IGCH12) et le monnayage athénien

La communication porte un trésor monétaire découvert en 1886, dans les débris que l’on mettait alors en relation avec l’incendie allumé par les Perses en 480 (Perserschutt), et qui fit uniquement l’objet d’une description sommaire par l’archéologue grec Kavvadias la même année. Il fut publié par Svronos en 1898, mais la description ne correspond pas en tout point aux indications de la notice de Kavvadias, notamment en ce qui concerne le nombre de monnaies (63 exemplaires en tout, contre 60 seulement chez Kavvadias). Un tétradrachme athénien où le casque d’Athéna est, contrairement à ceux des autres exemplaires, orné d’une couronne d’olivier, fut identifié comme l’un des intrus, notamment parce que, contrairement aux autres, il ne portait pas de traces d’incendie que Svoronos mettait en rapport avec l’incendie de l’Acropole. Par la suite le caractère intrusif ou non de ce tétradrachme fera l’objet de vifs débats parmi les numismates, car c’était là un élément déterminant pour fixer la date de l’adjonction de la couronne d’olivier aux types athéniens forgés à la fin du vie s.
Au milieu du xxe s. néanmoins, le trésor passa au second plan dans ces débats, car on cessa de considérer alors le Perserschutt comme une couche de destruction liée à l’incendie de 480 : il rassemble en réalité des débris amassés là durant plusieurs années – voire décennies – après le reflux perse. Restait néanmoins, pour assurer à la fois l’unité et la datation du trésor, les traces d’incendie portées par les monnaies. Or, des analyses métalliques réalisées en 2010 ont montré que ces monnaies n’étaient jamais passées par les flammes, et que les traces que Svoronos avait interprétées comme telles étaient dues à la corrosion ; dans ces conditions, ce trésor – si c’en est réellement un – ne peut évidemment plus tenir le rôle de repère majeur pour l’histoire du monnayage athénien.

Fran Stroobants, Japanese Invasion Money, het geldsysteem in Japans bezet gebied tijdens de jaren 1930 en 1940

Japanese Invasion Money was geld dat werd uitgegeven door de Japanse militaire overheid tijdens jaren 1930 en 1940, ter vervanging van de lokale valuta in de veroverde kolonies en landen in Azië en de Pacific. Het uitgeven van dit geld was voor de Japanse overheerser een manier om hun oorlog te bekostigen. Deze methode reeds in de jaren 30 toegepast in de verschillende bezette regio’s van China. Tijdens de Tweede Wereldoorlog werden daarenboven ook valuta geproduceerd voor de andere veroverde en bezette gebieden in Z.O.-Azië, met name de Filipijnen, Birma, Malaya, Nederlands-Indië en enkele eilanden van Brits-Oceanië. Het Japanese Invasion Money werd uitgegeven in de lokale denominaties en voorzien van lokale afbeeldingen, maar de koers was wel steeds gelijkgesteld aan de Japanse Yen. De nieuwe geldmiddelen werden al snel gemanipuleerd door de geallieerde troepen. Enerzijds werden er grote hoeveelheden vervalsingen in omloop gebracht, met als doel de lokale economie te ontwrichten en eigen guerrilla-troepen te betalen. Anderzijds maakten ze gebruik van de bankbiljetten of hun design voor het verspreiden van propaganda-boodschappen. Het verhaal van het Japanese Invasion Money bleek uiteindelijk geen succes: door de enorme hoeveelheden geld die in omloop was er in zowat alle gebieden sprake van grote inflatie en prijsstijgingen, die de lokale economieën tot ver na de Tweede Wereldoorlog parten zouden blijven spelen. Wanneer het geld tenslotte vlak na de oorlog nietig werd verklaard, liet het vele burgers in armoede achter.

Fermer Sluiten Close

 

©  KBGN-SRNB, 2008-2018