Séance tenue à la Bibliothèque Royale à Bruxelles, le 19 novembre 2011

Vergadering in de Koninklijke Bibliotheek te Brussel op 19 november 2011

 

Présents - Aanwezig : Mmes C. Arnould, L. Claes, M. Lakakis Marchetti, Gh. Moucharte, H. Taymans et V. Van Driessche. Dhrn. P. Assenmaker, Ph. Bodet, A. Bruylandt, G. Chanteux, G.-X. Cornet, L. De Clercq, R. De Marie, H. Dewit, R. Dillen, Ch. Doyen, Ph. Graulich, A. Haeck, C. Lauwers, G. Lejeune, J. Moens, P. Pasmans, H. Pottier, M. Rocour, A.-Fr. Scheepers, J. Schoonheyt, E. Schutyser, L. Smolderen, J. van Heesch, H. Vanhoudt, R. Van Laere et R. Waerzeggers.

Excusés - Verontschuldigd : Mme A. Pourbaix - Van Haeperen, Ch. Logie. Dhrn. Fr. de Callataÿ, J. Elsen, G. Testa en F. Van Baelen.

Le Président ouvre la séance à 14h30 ; il remercie l’assemblée pour la nombreuse présence. Avant de passer les paroles aux orateurs, il fait part des communications suivantes : op de Algemene Vergadering van maart 2012 zal de heer Richard Abdy, conservator van de Romeinse munten in het British Museum onze gastspreker zijn - la réunion d’été aura lieu à Lier (Lierre) en juin 2012 ; l’organisation de cette activité est confiée à notre confrère R. Dillen, qui travaillera en collaboration avec notre Secrétaire ; de Voorzitter wenst alvast zijn dank uit te spreken aan Dhr R. Dillen.

Le Secrétaire informe l’assemblée que l'invitation à la prochaine réunion, 17 décembre 2011, se fera, pour les membres belges, par la poste. Ce courrier sera accompagné d’un appel pour les cotisations 2012 et pour lequel une attention particulière est demandée.

De Voorzitter kondigt eveneens aan dat het tijdschrift 2011 klaar is voor het drukken. De leden zullen de RBN 2011 tegen midden december ontvangen.

Le président passe ensuite la parole au premier orateur, à savoir Mlle Cécile Arnould qui présente une étude iconographique concernant les représentations de l’enlèvement d’Europe, et sur les significations symbolique y associées, notamment dans la production de médailles commémorant la Paix de Ryswick (1697) et la Paix d’Utrecht (1713). Le mythe de l’enlèvement d’Europe a été représenté sur de nombreuses monnaies et médailles. Après une brève évocation de ce mythe dans l’iconographie des monnaies antiques, cette recherche se concentre sur l’évolution de l’allégorie de la Princesse Europe à travers ses représentations sur des médailles de la Renaissance. Lors des conclusions des Paix de Ryswick (1697) et d’Utrecht (1713), un grand nombre de médailles a été frappé à l'occasion de ces négociations. Sur quelques-uns de ces objets, la figure d’Europe est clairement liée à la Paix, à l’Abondance et à la Prospérité. Cette image pacifique et pacificatrice d’Europe rejoint les interprétations picturales de ce mythe et de son identification dans les contextes artistiques européens aux XVII et XVIII siècles.

 

Médaille d’Arfvid Karlsteen (1697)
Dr – CAROLVS· XII· - D· G· REX· SVECIAE.
Buste de Charles XII, à droite
Rv – AVSPICIVM ·IMPERII· FELICITAS· EVROPAE.
Le Roi, habillé en soldat romain, donne un rameau d’olivier à Europe, couronnée. Le taureau est représenté couché à ses pieds. A l’exergue, PACE·ORBI·CHRISTIANO·-·PARTA·RYSVVICI·-A ·1697
Ar ; 52 mm ; 63.97 g
Pax in Nummis, 379; Van Loon IV, 275
Illustration : KBR – Cabinet des Médailles, K122/2

   

Médaille de Jan Boskam (1697)
Dr – QVANTARVM. NVNCIA. RERVM. MDCXCVII. I· BOSKAM· F·
Europe enlevée par le taureau dans les flots.
Rv - PAX HVIC DOMVI ·
PAX GENER.
ARAVS. MAG. BRIT. REGIS
MDC.XCVII. I·BOSKAM· F
Vue de la place de Ryswick.
Ar; 60 mm; 71.63 g
Van Loon IV, 264,2
Illustration : KBR – Cabinet des Médailles, K122/1

D’autre part, la large place occupée par ces représentations allégoriques invite à s’interroger sur le rôle des médailles dans le protocole diplomatique européen. Une meilleure connaissance de la présence iconographique d’Europe et de son enlèvement permet d’éclairer les messages véhiculés par ces médailles et leur place dans les négociations qui entourent les conclusions de ces paix. Offertes comme cadeau aux ambassadeurs, frappées pour commémorer un événement particulier, les médailles participent à la diffusion d’un message officiel particulièrement codifié. En plaçant une représentation d’Europe pacificatrice au cœur d’un système complexe de représentations, ces médailles représentant Europe apporte à cette dernière une nouvelle place dans l’iconographie de ce mythe. En effet, dans chacune de ces représentations c’est Europe qui occupe le premier plan. Zeus, cantonné dans sa métamorphose taurine, est particulièrement calme et paisible lorsqu’il est représenté sur les médailles. Dans cette vision pacificatrice du mythe et dans sa représentation numismatique, le taureau sert principalement d’attribut, d’élément identificateur d’Europe, notamment pour la différencier des allégories de Pax, Tranquilitas ou bien encore Iustitia auxquelles elle est intimement associée.

Médaille de Daniël Drappentier (1697)
Dr – Pax fermant le temple de Janus, à la porte duquel sont enchaînés deux guerriers ; à l’exergue, la légende
D. DRAPPENTIER
Mercure tient une banderole sur laquelle on lit EUROPAE – PAX REDDITA.
Rv - Europe assise sur un rivage côtier. Quelques vaisseaux, à l’arrière-plan; elle porte une corne d’abondance et un rameau d’olivier. À l’exergue, EUROPA.
Ag; 48 mm; 35.67 g
Van Loon IV, 273,1
Illustration : KBR – Cabinet des Médailles, K121/2


Médaille de Daniël Drappentier (1713)
Dr – Pax fermant le temple de Janus, à la porte duquel sont enchaînés deux guerriers ;
à l’exergue, la légende : anno – mdcc – xiii – traiectum.
Mercure tient une banderole sur laquelle on lit EUROPAE – PAX REDDITA.
Rv – Europe assise sur un rivage côtier. Quelques vaisseaux, à l’arrière-plan; elle porte une corne d’abondance et un rameau d’olivier. À l’exergue, EUROPA.
Ag ; 48 mm ; 35.67 g
Pax in Nummis, 441; Van Loon V, 227, n.2
Illustration : KBR – Cabinet des Médailles, K148

NB : Le texte de cette conférence a été publié dans les actes du colloque de l’association internationale « d’Europe à l’Europe, mythe et symbole » : D’Europe à l’Europe, V : Europe : état des connaissances. Actes du colloque tenu à l’Ecole Européenne, Bruxelles (21-22 octobre 2010), Bruxelles, 2011.

Daarna spreekt de heer Laurent De Clercq over de betalingsmiddelen in België tijdens de Eerste Wereldoorlog.

Naast militaire gevolgen had de Eerste Wereldoorlog in België ook gevolgen op financieel en monetair gebied. Nog voor het uitbreken van de vijandelijkheden ontstond er een run op de banken om spaargeld af te halen. Het publiek verloor zijn vertrouwen in de bankbiljetten, die werden omgewisseld in metaalgeld, dat dan weer werd opgepot.
Om hieraan te trachten te verhelpen werden begin augustus 1914 bankbiljetten van 5 frank in omloop gebracht (deze waren reeds sedert 1912 voorbereid en staan dan ook bekend als 5 frank type 1912). Ook werden nieuwe zilverstukken van 1 frank en 50 centiem geslagen (hieraan kwam een eind door de Duitse bezetting).
Na de Duitse inname van Brussel werd door de Nationale Bank van België de nieuwe biljettenreeks Rekeningen-courant in omloop gebracht (met biljetten van 1, 2, 20, 100 en 1000 frank), aangezien de clichés en de afgewerkte bankbiljetten naar Antwerpen waren overgebracht (net als de metaalvoorraad). Op deze biljetten werd voor het eerst een portret afgebeeld van een Belgische koning, namelijk Leopold I (op de biljetten van 20, 100 en 1000 frank).
Tegelijkertijd kwam er in België ook heel wat Duits geld in omloop (dat ook het statuut kreeg van wettig betaalmiddel, met een vaste wisselkoers). De geldcirculatie zou in toenemende mate worden uitgemaakt door Duitse marken. Na de oorlog bleek bij de intrekking ervan dat er voor bijna 7,6 miljard frank Duits geld in omloop was.
Het uitgiftemonopolie werd begin 1915 voor de duur van de oorlog toevertrouwd aan een nieuw opgericht Emissiedepartement binnen de schoot van de Société Générale. Dit gaf bankbiljetten uit van 1, 2, 5, 20, 100 en 1000 frank (het type Société Générale), met voor het eerst een afbeelding van een koningin (Louise-Marie, afgebeeld op de biljetten van 1, 2, 5 en 100 frank) en van een bekend figuur (de schilder Pieter Paul Rubens, afgebeeld op de biljetten van 20 en 1000 frank).
Door de schaarste aan muntgeld werden vanaf 1915 zinken muntstukken van 5, 10 en 25 centiem in het door de Duitsers bezette België in omloop gebracht. In 1918 zou ook nog een zinken muntstuk van 50 centiem worden uitgegeven.

 

De Belgische regering liet in het muntatelier te Birmingham (in het Verenigd Koninkrijk) zilverstukken van 1 frank slaan in 1914, 1917 en 1918. Enkel de muntstukken met slagjaar 1914 werden in omloop gebracht.

Een ander belangrijk feit is het uitgeven van noodgeld door honderden steden en gemeenten, dat reeds vanaf augustus 1914 werd gedrukt, en dit tot aan het einde van de oorlog. Dit lokale noodgeld werd uitgegeven voor het verrichten van betalingen door deze steden en gemeenten, en was veroorzaakt door de schaarste aan betalingsmiddelen. Het meeste noodgeld werd uitgegeven in de provincies Henegouwen, Luik, Oost-Vlaanderen en West-Vlaanderen.

Muntstuk in karton (5 centiemen) uitgegeven door de stad Gent

Le président clôture la séance vers 16h15.

 

 

Fermer Sluiten Close
 

©  KBGN-SRNB, 2008-2017