Développement  d’une  police  avec  des  caractères  numismatiques  médiévaux

 

 

 

OBJECTIF  DU  PROJET

 

Ce projet a comme objectif, la création d’une police spécifique (compatible avec des logiciels de traitement de texte comme WORD® de Microsoft) avec des caractères tels qu’ils apparaissent sur les monnaies de nos régions, dès les premières émissions jusqu’à la Renaissance.  Les lettres sur les monnaies des Celtes, des Mérovingiens et des Carolingiens sont encore très proches des caractères latins, tout en étant généralement moins finement gravées, avec ou sans sérif ; elles sont parfois bouletées ; plus tard, des lettres plus arrondies sont utilisées, à côté d’ailleurs de lettres plus massives ; dès le XVIième siècle, on utilise de nouveau quasi exclusivement des majuscules latines avec sérif, type pour lequel plusieurs polices sont déjà disponibles.

 

JUSTIFICATION  DU  PROJET

Plusieurs dizaines de milliers de polices sont offertes gratuitement sur Internet (v. par ex. www.eaglefonts.com, www.fontyukle.com) qui sont libres de droits, c’est-à-dire qu’elles peuvent être utilisées sans aucune limite.  À côté de celles-ci, plusieurs milliers de polices peuvent être achetées (v. par ex. www.fontpool.com, www.linotype.com) ou peuvent uniquement être utilisées à des fins non commerciales.  Bien qu’une partie de ces polices (gratuites ou payantes) porte la notion « médiévale », nous n’en avons pas pu trouver dont les caractères ressemblent assez fidèlement aux caractères utilisés sur les monnaies médiévales de nos régions.

D’autre part, beaucoup de publications numismatiques du XIXième siècle (parmi lesquelles notre propre RBN) utilisaient une police de caractères (en plomb) dont la forme correspondait assez bien à celle des lettres gravées sur les monnaies du XIième au XVième siècle ; cette police n’est, sauf exception, plus utilisable de nos jours.  Or les nouvelles technologies permettent de créer une police – à peu de frais – en utilisant des programmes spéciaux dont la plupart sont d’ailleurs disponibles gratuitement sur le web.  Ces constatations nous ont mené à la conception d’un projet pour la création d’une police spécifique, que nous avons baptisée Numis­matica Medievalis ; notre intention est de la mettre, une fois qu’elle sera finalisée, gratuitement à la disposition des numismates qui préparent des publications sur le monnayage médiéval (au sens le plus large).

Sachez qu’il existe plusieurs métodes pour intégrer un caractère (une lettre, un chiffre, un signe d’atelier monétaire, un signe de ponctuation, etc.) dans la police Numismatica Medievalis :

  • on peut partir d’images électroniques de caractères (par ex. le scan d’un caractère ou un texte en format pdf) ; cette image électronique peut être intégrée, en utilisant un programme spécial (cliquez ici pour un exemple), à n’importe quel endroit dans la police Numismatica Medievalis
  • on peut partir d’une police existante (à condition qu’elle soit libre de droits), dont on peut copier un ou plusieurs caractères dans la police Numismatica Medievalis ; ceci peut se faire soit directement (si la taille des caractères des deux polices est identique, mais c’est rarement le cas), soit indirectement, en « cueillant » d’abord les caractères voulus sous la forme d’une image électronique (cliquez ici pour un exemple), puis en adaptant leurs tailles (cliquez ici pour un exemple), après quoi les caractères peuvent être intégrés dans Numismatica Medievalis de la façon décrite ci-dessus
  • on peut évidemment partir de photos de monnaies, en copiant le caractère voulu sur du papier calque, puis en créant une image électronique de ce dessin
  • last but not least, il est évidemment possible de dessiner les caractères soi-même en utilisant un programme spécial (cliquez ici pour un exemple) ; ce programme permet d’ailleurs aussi d’adapter comme on veut la forme des caractères déjà chargés dans la police Numismatica Medievalis, via l’une ou l’autre des procédures décrites ci-avant.

 

ÉTAT  DES  LIEUX

Au Moyen-Âge, les caractères étaient créés manuellement (soit en les gravant directement dans le coin, soit en utilisant des poinçons qui, eux, étaient évidemment faits à la main).  Par conséquent, le nombre de types et de variantes est immense, et la police Numismatica Medievalis contient actuellement déjà quelque 900 signes pour les 26 lettres de l’alphabet, une 50-aine de variantes pour chaque chiffre de 0 à 9, et environ 600 autres signes, soit au total quelque 2.000 signes.  Dans la liste suivante, les signes qui peuvent directement être intégrés dans un texte à partir du clavier (comme minuscule ou comme majuscule) sont présentés sur un fond bleu ; ceux qui doivent être insérés via l’option Insérer symbole sont présentés sur un fond rouge.  Leur place dans la police est également indiquée (en code hexadécimal).

 

COLLABORATION  SOLLICITÉE

Il serait évidemment vain d’essayer de prévoir dans la police Numismatica Medievalis toutes les variantes possibles des signes utilisés.  En revanche, il est très probable que dans la police telle qu’elle existe actuellement, il manque encore plusieurs signes ou variantes significatives des caractères déjà présents (y compris des signes de ponctuation) ; si ces signes ou variantes sont effectivement pertinents pour la recherche numismatique des monnaies médiévales de nos régions, leur intégration est indiquée.  Nous aimerions faire appel à tous les intéressés pour nous signaler des signes qu’ils aimeraient faire intégrer – bien entendu, sans frais – dans la police Numismatica Medievalis.  Veuillez contacter jm@bvdmc.com.

 

 

 

Fermer Sluiten Close
 

©  KBGN-SRNB, 2008-2017